PUBLICITÉ, CRÉATIVITÉ, COPYCAT

Toute création publicitaire peut souffrir de plagiat, à tout le moins de similitude, voire de ressemblance (fortuite ou volontaire) C’est à la fois le paradoxe de la discipline et de l’accès à Internet. La démocratisation de l’accès aux sources d’inspiration offre à tout créatif, la possibilité de nourrir ses propositions créatives et d’autre part d’exposer son book au monde entier. Entre l’hommage, la copie servile et ceux qui souhaitent prouver leur talent, cet article résume les échanges entre Joe la Pompe et Arnaud Cheyssial, CEO d’Ipocamp, première plateforme française de preuve en blockchain.

 

PUBLICITÉ 

Univers fascinant et impitoyable à la croisée de l’Art et du Commerce, la publicité est à la fois une discipline et une caste de créatifs, c’est la fameuse Culture Pub. Elle incarne en son essence, l’évolution des sociétés de marché et constitue l’un des plus puissants vecteur de production économique.

Par le maniement des symboles et des mots elle est une illustration possible de la société de consommation, elle attise, donne envie de succomber à la tentation d’une odeur de cuir dans un habitacle de voiture électrique. Elle se met en œuvre elle même : compétition, inspiration, cotillons, lunettes noires, nuits blanches, un Lion à Cannes, parfois une gueule de bois sur la croisette.

CRÉATIVITÉ

Certaines campagnes marquent les esprits et les mémoires, elles font rire, émeuvent, choquent parfois ! Certaines deviennent culte et telles les affiches de Villeglé, tapissent les murs de nos villes. Elles ponctuent les plus grands évènements sportifs, elles sont même des contenus attendus et plébiscité lors du Super Bowl. Mais ici en France, souvenez-vous ou re-découvrez ces campagnes :

AVENIR : L’Afficheur qui tient ses promesses

 

PERRIER : LA SOIF

UNITED COLOR OF BENETTON : LE BAISER

 

 

Point commun de ces campagnes ? La prime d’incomparabilité, ces publicités marquent des points quand elle rentrent dans nos mémoires, c’est le graal qui confère à un produit ou à un service, une signature unique qui va les distinguer, pour tendre vers la préférence de marque. Car comme dit le poète, “ Aimer n’est rien, préférer est tout.”

Robert Stenberg, définit la créativité comme la capacité de produire de la nouveauté (originale et inattendue) de grande qualité (design, esthétique, robustesse…) et adapté à un besoin (utile et approprié à un usage) afin que cette création soit plébiscitée par le public.

Et dans la pub c’est le Directeur de Création qui maîtrise le line up créatif de son agence, il a le final cut pour ancrer la créativité de son agence dans la légende et la collecte de prix internationaux. Mais à grand pouvoir, grande responsabilité. Firecteur de création ? Même Dieu n’oserait s’appeler ainsi.

COPYCAT

Pourtant, le phénomène des ressemblances fortuites et des similitudes n’épargne pas ceux qui vendent leurs idées aux annonceurs. HOLD-UP sémantiques, hommages appuysé, coïncidence ou copie délibérée ? Le plagiat et la contrefaçon hantent les open space des agences. Même à Cannes, un lion qui copie un lion devient singe.

Et le talent bordel ?

Heureusement il y a Ipocamp qui prouve le talent de chacun dans la Blockchain. Pour faire simple, un simple drag and drop permet de donner date certaine à toute création. Mais ça, ça existait déjà me direz vous. En effet, outre l’INPI qui permet de protéger vos créations, chez Ipocamp le dépôt est :

  • International
  • Il prouve l’antériorité et la paternité de vos campagnes
  • Il est à vie c’est à dire non renouvelable.
  • Il est traçable avec son partage en accusé de réception en blockchain.

Le talent se prouve ici et maintenant 

Comments are closed.